Nombre total de pages vues

vendredi 3 juillet 2009

848 - Publicité : danger !

La publicité, devenue culture à part entière avec ses codes, ses séductions, son langage, son histoire, mais aussi avec sa vulgarité, ses outrances, sa légitimité chez les esprits faibles qui l'érigent au rang d'art est un des plus puissants poisons de l'esprit.

Outil de propagande à but mercantile induisant une pollution visuelle et sonore, véritable aberration culturelle, furoncle parasitant la pensée contemporaine, la publicité est la forme de communication la plus crétinisante au monde. Avec ses raccourcis idiots, ses inventions clinquantes, ses artifices de foire -sans oublier ses apôtres déifiés par les concierges du monde entier- elle rend les populations imbéciles, ignares, paresseuses.

Instrument de dégénérescence intellectuelle des individus les plus vulnérables et d'une manière générale des classes sociales défavorisées, voire des peuples les moins éduqués, la publicité sous ses dehors brillants en réalité fait régresser l'esprit. Des célébrités du cinéma se sont prostituées pour aider des grandes marques à liquider leurs stocks de lessive, même le peintre Dali a brait comme un âne devant des caméras dans le seul but de contribuer à écouler la camelote d'un fabriquant de chocolat industriel. Tous se sont parés de flatteurs nez rouges, arguant des plus nobles prétextes pour se vautrer dans l'arène des pitres, attirés par les projecteurs criards de Mercure.

La publicité tue la beauté. Pire : elle donne ses lettres de noblesse à la laideur.

Ce produit toxique de l'esprit est tellement répandu -et surtout tellement admis en tant qu'hôte de nos pensées indissociable de la vie moderne- qu'il passe inaperçu, suintant des murs publics, émanant des écrans de télévisions et de cinémas, ralentissant nos ordinateurs connectés, se mêlant aux inepties débitées par les radios, poissant journaux et magazines...

Maintenant que le ver est dans le fruit, le quidam accepte de mêler le Coca-Cola à l'hydromel.

Homère a été remplacé par des saucisses : la misère de l'esprit est devenue une culture.

Blogs principaux de Raphaël Zacharie de IZARRA :
IZARRALUNE

AUTRES TEXTES DE RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA

1 - Incitation à l'alcool http://1izarra.blogspot.com/
2 - Futilité de l'emploi http://2izarra.blogspot.com/
3 - Le vol du parasite http://3izarra.blogspot.com/
4 - Izarra-Farrah Fawcett : l'interview-vérité http://4izarra.blogspot.com/
5 - Considérations misanthropiques sur Noël http://5izarra.blogspot.com/
6 - Boy's band : la revanche des culs-terreux http://6izarra.blogspot.com/
7 - La revanche des culs-terreux (suite) http://7izarra7.blogspot.com/
8 - Israël-Palestine, n'y sacrifions pas nos légumes ! http://8izarra.blogspot.com/
9 - A un membre de Facebook http://9izarra.blogspot.com/
10 - Le mâle épilé http://10izarra.blogspot.com/
11 - 13 TEXTES SUR LE 11 NOVEMBRE http://11izarra.blogspot.com/
12 - Conte de Noël carbonique http://12izarra.blogspot.com/
13 - Tyrannique sens de l'égalité républicaine http://13izarra.blogspot.com/
14 - Beauté et grandeur du voile islamique http://14izarra.blogspot.com/
15 - Joharno présenté par Raphaël Zacharie de IZARRA http://15izarra.blogspot.com/
16 - RETRAITES : JEUNESSE SENILE ! http://16izarra.blogspot.com/
17 - AMUSANTE ETUDE UNIVERSITAIRE SUR IZARRA http://17izarra.blogspot.com/
18 - Je suis un pacha parmi de faux pauvres http://18izarra.blogspot.com/
19 - Tristesse de l'homosexualité masculine http://19izarra.blogspot.com/
20 - BAISERS PUBLICS DES SODOMITES http://20izarra.blogspot.com/

3 - http://izarrasideral.blogspot.com/

http://warloy.wordpress.com/2011/03/08/908-interview-par-le-figaro-litteraire/

(Des vues hautement izarriennes)

http://raphaelizarra.blogspot.com/

5 - http://izarra11.blogspot.com/

6 - http://izarra12.blogspot.com/

7 - http://izarra10.blogspot.com/

8 - http://izarra9.blogspot.com/

9 - http://izarra8.blogspot.com/

10 - http://izarra7.blogspot.com/

11 - http://izarra6.blogspot.com/

12 - http://izarra5.blogspot.com/

13 - http://izarra4.blogspot.com/

14 - http://izarra3.blogspot.com/

15 - http://izarra2.blogspot.com/

16 - http://izarra1.blogspot.com/

17 - http://raphaelizarra.blogspot.com/

(Un site de haute volée où les lettres valent de l'or)

http://warloy.blogspot.com/

19 - http://izarra20.blogspot.com/

20 - http://izarra19.blogspot.com/

21 - http://izarra18.blogspot.com/

22 - http://izarra17.blogspot.com/

23 - http://izarra16.blogspot.com/

24 - http://izarra15.blogspot.com/

25 - http://izarra14.blogspot.com/

26 - http://izarra13.blogspot.com/

27 - http://izarra21.blogspot.com/

28 - http://izarra22.blogspot.com/

Esthétique subversive et vues olympiennes - Un blog où les lettres valent de l'or)

http://etoilizarra.blogspot.com/

La flamme izarrienne)

http://raphaeldeizarra.blogspot.com/

31 - http://photosizarra.blogspot.com/

32 - http://hiboulunaire.blogspot.com/

(Doux et cinglant, féroce et caressant...)

http://lune-izarra.blogspot.com/

(Esthète et avaricieux, âpre et éthéréen...)

http://izarralunaire.blogspot.com/

(Âpre, étrange, esthétique, féroce, olympien, banal, avant-gardiste, puéril, éthéréen... Izarrien !)

http://izaralune.blogspot.com/

Esthétique subversive et vues olympiennes)

http://deizarralune.blogspot.com/

Un esthète dans ses hauteurs)

http://izrraluneizarra.blogspot.com/

(Hauteurs d'esthète)

http://lunelunelunelune.blogspot.com/

Raphaël Zacharie de IZARRA au sommet de la poire.

http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

40 - http://izarraetoile.blogspot.com/

41 - http://lunairizarra.blogspot.com/

42 - http://izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

43 - http://izarrafawcett.blogspot.com/

44 - http://fawcettizarra.blogspot.com/

45 - http://izarrafawcettizarra.blogspot.com/

46 - http://izarra-izarra-izarra-izarra.blogspot.com/

http://izarrasarkozy.blogspot.com/

48 - http://fawcettizarra1.blogspot.com/

http://ecolizarra.blogspot.com/

http://fawcettfarrah.blogspot.com/

(La vérité izarrienne : des mots qui tranchent !)

http://rzdizarra.blogspot.com/

52 - http://machoizarra.blogspot.com/

53 - http://izarramacho.blogspot.com/

54 - http://rzdizarra.blogspot.com/

55 - http://fawcett1.blogspot.com/

56 - http://qk1.blogspot.com/

(Un esthète à la plume aiguë)

http://etoileizarra.blogspot.com/

http://izarraraphael.blogspot.com/

(Rencontres de haute volée et amitiés saines)

http://amether.blogspot.com/

http://puceau38.blogspot.com/

(Le blog le plus tendre du WEB...)

http://izarrarose.blogspot.com/

(Mots acérés, pensées vives)

(La plume comme une aile)

http://izarravideo.blogspot.com/

(La plume et l'enclume)

http://lunaireizarra.blogspot.com/

(Un bel esprit sur la toile)

http://raphaelzachariedeizarra.blogspot.com/

(Un blog de haute volée où les lettres valent de l'or) -

http://izarraizarra.blogspot.com/

(Le panache izarrien)

http://luneizarralune.blogspot.com/

70 - (Raphaël Zacharie de Izarra : la hauteur du verbe)

http://deizarra.blogspot.com/

WARLOY-BAILLON

(BLOG OFFICIEL DE WARLOY-BAILLON)

http://warloybaillon.blogspot.com/

(BLOG OFFICIEL DE WARLOY-BAILLON)

http://warloy-baillon.blogspot.com/

(BLOG OFFICIEL DE WARLOY-BAILLON)

http://w-a-r-l-o-y.blogspot.com/

(BLOG OFFICIEL DE WARLOY-BAILLON)

http://warloy-b.blogspot.com/

(L'Univers izarrien)

http://luneizarra.blogspot.com/

76 - http://izarra-lune.blogspot.com/

(La pensée izarrienne)

http://rzdi.blogspot.com/

(Un esthète dans ses hauteurs)

http://lunizarra.blogspot.com/

SILLE-LE-GUILLAUME

(Enigmes de la forêt de Sillé-le-Guillaume)

http://silleleguillaume.blogspot.com/

80 - http://sillemysteres.blogspot.com/

81 - http://mysteresdesille.blogspot.com/

82 - http://mysteressille.blogspot.com/

83 - http://mysteresdesilleleguillaume.blogspot.com/

84 - http://silleleguillaumemysteres.blogspot.com/

85 - http://enigmesdesilleleguillaume.blogspot.com/

86 - http://mysteredesille.blogspot.com/

87 - http://enigmesdesille.blogspot.com/

88 - http://sillemysterieux.blogspot.com/

(Mystères de la forêt de Sillé-le-Guillaume)

http://cocoplage.blogspot.com/

(Mystères de la forêt de Sillé-le-Guillaume)

http://sillemystere.blogspot.com/

(Mystères de la forêt de Sillé-le-Guillaume)

http://sille-le-guillaume.blogspot.com/

(Gloires, platitudes et misères des abbés d'Amiens)

http://izarramiens.blogspot.com/

93 - http://izarra23.blogspot.com/

94 - http://izarra24.blogspot.com/

95 - http://izarra25.blogspot.com/

96 - http://izarra26.blogspot.com/

97 - http://izarra27.blogspot.com/

98 - http://izarra28.blogspot.com/

99 - http://izarra29.blogspot.com/

100 - http://izarra30.blogspot.com/

101 - http://izarra31.blogspot.com/

102 - http://izarra32.blogspot.com/

103 - http://izarra33.blogspot.com/

104 - http://izarra34.blogspot.com/

105 - http://izarra35.blogspot.com/

106 - http://izarra36.blogspot.com/

107 - http://izarra37.blogspot.com/

108 - http://izarra38.blogspot.com/

109 - http://izarra39.blogspot.com/

110 - http://izarra40.blogspot.com/

111 - http://izarra41.blogspot.com/

112 - http://izarra42.blogspot.com/

113 - http://izarra43.blogspot.com/

114 - http://izarra44.blogspot.com

115 - http://izarra45.blogspot.com/

116 - http://izarra46.blogspot.com/

117 - http://izarra47.blogspot.com/

118 - http://izarra48.blogspot.com/

118 - http://izarra49.blogspot.com/

http://rizarra.blogspot.com/

http://izarrachinon.blogspot.com/

124 - http://izarra50.blogspot.com/

125 - http://izarra51.blogspot.com/

126 - http://izarra52.blogspot.com/

127 - http://izarra53.blogspot.com/

128 - http://vyq.blogspot.com/

129 - http://izarra54.blogspot.com/

Cruautés de la Saint-Valentin

http://cruautes.blogspot.com/

131 - http://izarra55.blogspot.com/

93 - http://izarralune.wordpress.com/

94 - http://deizarra.wordpress.com/

http://izarralune.over-blog.com/

http://izarralune.centerblog.net/

http://izarra.centerblog.net/

Vérités féroces, éclat de l'esprit

98 - http://izarralune.canalblog.com/
Esthète et avaricieux, âpre et éthéréen...

99 - http://izarralune.skyrock.com/profil/

Esthète et avaricieux, âpre et éthéréen...

100 - luneizarra.over-blog.com

101 - http://izarra.blogg.org

102 - http://saintriquier.over-blog.com/

http://saintriquier.wordpress.com/

103 - http://izarralune.unblog.fr/

http://lunizarra.wordpress.com/

http://izarralune.bloguez.com/

http://www.iblogyou.fr/izarra

http://forum-de-rapha-l-zacharie-de-izarra.forumjv.com/0-7246-0-1-0-1-0-0.htm
http://raphaedeizarra2.blog.jeuxvideo.com

http://izarra.bloguez.com/

http://izarraraphael.centerblog.net

http://izarraraphael.wordpress.com/

2 - CRIMES IMAGINAIRES ET REELS
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785345_11-novembre-crimes-imaginaires-et-reels_1_0_1.html
3 - UN VERRE D'EAU A VERDUN
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785336_11-novembre-un-verre-d-eau-a-verdun_1_0_1.html
4 - UN POILU SANS FARD
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785320_11-novembre-un-poilu-sans-fard_1_0_1.html
5 - LES VERITES CACHEES
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785309_11-novembre-les-verites-cachees_1_0_1.html
6 - TRISTE COMMEMORATION DE LA GUERRE
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785307_11-novembre-triste-commemoration-de-la-guerre_1_0_1.html
7 - UNE FOLIE D'AMOUR
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785301_11-novembre-une-folie-d-amour_1_0_1.html
8 - RECYCLAGE
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785294_11-novembre-recyclage_1_0_1.html
9 - DES NOMS PERIMES
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785291_11-novembre-des-noms-perimes_1_0_1.html
10 - LES BEAUX ASSASSINS
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785286_11-novembre-les-beaux-assassins_1_0_1.html
11 - LE RÊVE D'EUGENE
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785280_11-novembre-le-reve-d-eugene_1_0_1.html
12 - LA PAIX DES BURNES
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785268_11-novembre-la-paix-des-burnes_1_0_1.html
13 - L'ENVERS DE VERDUN
http://www.lepost.fr/article/2009/11/11/1785260_11-novembre-l-envers-de-verdun_1_0_1.html

72 commentaires:

  1. Esprit du chat blanc5 juillet 2009 à 02:05

    Si vous vous amusez alors croyez l'on s'amuse mutuellement, madame !





    Mais que fait Raphael Zacharie de Izarra:

    Modestement à travers quelques centaines de textes (http://izarralune.blogspot.com) j'ai embrassé de près ou de loin tous les aspects du monde -des choses comme des hommes- dans toutes les directions imaginables, du gouffre le plus bas au sommet le plus glorieux, de l'anodin au sublime, de la bête au divin, du simple caillou à qui j'ai donné la parole jusqu'aux feux galactiques que j'ai fait taire devant un battement d'aile.

    Sur le plan du palpable je suis parti du microcosme pour me hisser jusqu'au macrocosme, sans omettre de poser mon regard à hauteur des boutons de chemise de mes semblables. Du point de vue des choses de l'esprit j'ai exploré les vices les plus baroques autant que les vertus les moins partagées, je suis allé sonder les petits ruisseaux mentaux de mes frères humains mais aussi les fleuves nocturnes de mes chats énigmatiques.

    Je suis allé chercher le feu olympien à droite et à gauche, m'attardant à l'occasion sur mes doigts de pied.

    J'ai fait tout un fromage de vos mesquineries de mortels, une montagne de mots des fumées de ce monde, un pâté de sable de vos trésors.

    J'ai abordé de près ou de loin tous les thèmes : l'amour, la laideur, la solitude, la vie, la mort, les fraises des bois, les rêves, les cauchemars, l'excrément, la lumière, le houblon, la pourriture, l'encens, l'insignifiance, le grain de sable, les poubelles de mon voisin, les relents gastriques de Jules César, l'encre de Chine, le plaisir, le vinaigre, la douleur, la mer... Tout, absolument tout ce que contient notre pauvre monde et même au-delà a été intégré à mes textes.

    J'ai embrassé l'Univers d'un regard à la fois grave et loufoque, limpide et fulgurant, lucide et léger, aérien et "enclumier" : celui de ma plume.

    A travers ce blog je vous invite à faire un tour relativement rapide de l'humanité et de l'Univers, de prendre la mesure de tout ce qui existe et n'existe pas en quelques centaines de textes futiles et mémorables, éloquents et sarcastiques, répugnants et délectables, pleins de grains de sel et de justesse.

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  2. "Si vous vous amusez alors croyez l'on s'amuse mutuellement, madame !"
    je ris !!! Avant tout Crédulité...
    Je suis un homme. Je soupçonne mes facultés femelles de se déclencher lorsque seul (es), sur le virtuel, le cérébral entre en transe...

    Très joli texte de Raphaël Zacharie de IZARRA. Il lie moelleusement la poésie à la philosophie, l'utopie à la pertinence.

    Je constate, lorsqu'il poste ses textounets à la une de son blog, sa paresse intellectuelle. Il favorise la quantité de textounets à la qualité de textes. De fait, ses écrits s'avèrent inutiles et surtout, légers donc, ridicules. Et de "l'oeuvre" à l'auteur, il n'y a même pas un pas qui les sépare.
    Pourtant, je sais que lui sait... Mes antennes animales -féminines pour le contexte- ne m'ont, à ce jour, jamais trahi.

    Trop équilibré pour être détracteur ou adorateur d'un être humain, auteurs de vocation ou autres, n'espérez de moi, que la justesse de l'honnêteté dans mes remarques qui se refusent énergiquement -au nom du non-racisme intellectuel, à être clichés des lit-terreux poussiéreux.

    RépondreSupprimer
  3. Le précédent message est particulièrement incompréhensible. A force de mélanger les pseudos je ne sais plus qui est qui, qui répond à qui ni qui se fait passer pour qui...

    J'ignore qui en est l'auteur et à quoi il fait référence. Il faut dire que je ne suis pas systématiquement les discutions informelles qui naissent ici...

    Bref, le précédent message évoqué plus haut est pour le moins confus. De sorte que les commentaires sous mes textes ont tendance à devenir une vaste bouillie qui a la forme... d'une bouillie.

    N'importe ! L'essentiel, ce sont mes textes. La liberté que je donne aux équidés est secondaire. Toutefois j'accorde de l'importance à la liberté d'expression : même les ânes ont le droit de braire.

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  4. éclaircissement5 juillet 2009 à 06:44

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    Seule l'adulatrice que vous avez sur ce blog (elle se fait fréquemment pseudomiser Esprit) se fait passer pour vous.
    Un manque flagrant de personnalité.

    Montrez-vous heureux ! c'est la rançon de la gloire Rafounet...

    RépondreSupprimer
  5. "même les ânes ont le droit de braire."

    Si les ânes se font passer pour leur maître, on a interêt d'apprendre à braire.

    RépondreSupprimer
  6. Un peu de respect je suis un fou, pas âne !

    et je ne suis pas adulateur mais appréciateur de quelques textes fins et véraces.

    Les ânes avance et se font berner que dans l'espoir de manger l'ombellifère de couleur orange, ils n'avancent pas pour la gloire comme le fait l'homme vaniteux.

    Ah savoir qui est le plus bête l'âne ou l'homme...

    Pour exemple présentez un écran plat à l'âne il n'en a que faire, car cela ne lui est point essentiel, alors que certains hommes croient que cela leur est essentiel alors que cela ne leur est pas.


    L'âne est têtu l'on ne fait pas de lui ce que l'on veut celui qui tente alors de l'exploité s'énerve rapidement et le qualifie d'imbécile.

    Pour ma part je prend ce qui il y a de meilleur chez l'âne et ce qui il y a de meilleur chez l'homme.

    Je suis moitié âne moitié homme, autrement dit un être intangible !

    RépondreSupprimer
  7. Je ne me fait passer pour personne mon nom est personne !

    RépondreSupprimer
  8. Esprit de Crazy Horse5 juillet 2009 à 09:48

    Super je réussi enfin à obtenir la perche que je souhaitait...


    N'oubliez pas que les équidés sont plus intelligents et sages que les humanoids avait vous entendu parler des Houyhnhnms (cf: les voyages de Gulliver de Jonathan Swift)

    Bande d'infâmes yahoos continuez donc à braire comme les vaniteux yahoos inutilement sur google et yahoo comme vous savez si bien le faire !




    Huuuuuuuu !!!!!


    Vive les Houyhnhnms !

    Vive l'ail

    RépondreSupprimer
  9. Esprit

    J'ai le regret de vous informer que vous n'êtes pas folle Esprit. Simplement déséquilibrée. Je vous rassure ! Ne vous sentez pas isolée,vous faites partie de la masse.
    Une preuve de votre déséquilibre cérébrale ? (je n'imagine pas ce que j'avance.Je me contente de savoir lire... contrairement à vous)
    Vous commencez votre commentaire par :
    " je suis un fou, pas âne !"
    Vous le terminez par :
    "Je suis moitié âne moitié homme"
    Je ne pense pas que vous ayez un manque de personnalité. Vous ignorez ou refoulez simplement qui ou ce que vous êtes. Vous vous croyez personne par moment. C'est faire preuve de vanité et vous ne le méritez pas.
    Généreux, je vous informe de ce que vous êtes pour votre bien: vous n'êtes rien ! Ne vous alarmez pas pour autant. Être rien, c'est toujours mieux qu'être moins de rien.
    Donc, gardez espoir ! En faisant des efforts, peut-être atteindrez-vous le stade néant. Mais pour ce faire, il vous faut davantage lire qu'écrire. Donc, même là, c'est pas gagné...

    "Ah savoir qui est le plus bête l'âne ou l'homme..."
    facile !!!
    A vous lire, la question ne se pose pas...

    "Pour ma part je prend ce qui il y a de meilleur chez l'âne et ce qui il y a de meilleur chez l'homme."
    Trop souvent vous avancez des élucubrations, que vous sortez vraisemblablement de vos oreilles longues. Qui plus est vos commentaires regorgent de clichés populachiers.
    Des preuves seraient les bienvenues. Ca fait longtemps que je demande à voir votre pertinence. Admirez ma patience...

    RépondreSupprimer
  10. "Super je réussi enfin à obtenir la perche que je souhaitait..."

    Vous vous parlez à vous-même Esprit ???
    Vous êtes drôlement atteinte ! L'abus du virtuel est nocif.Je l'ai toujours dit.

    RépondreSupprimer
  11. Spéculateurs(trices) de Laputa5 juillet 2009 à 11:46

    "Vous commencez votre commentaire par :
    " je suis un fou, pas âne !"
    Vous le terminez par :
    "Je suis moitié âne moitié homme"
    Je ne pense pas que vous ayez un manque de personnalité. Vous ignorez ou refoulez simplement qui ou ce que vous êtes. Vous vous croyez personne par moment. C'est faire preuve de vanité et vous ne le méritez pas. "

    et gna gnia gni et gnia gnia gnia !

    :-)

    Je suis fou oui ! mais pas sot (âne) le terme tel que vous semblez l'utiliser

    "je suis moitié âne" être moitié âne ce n'est pas être âne (completement)

    Car être complètement bourrique c'est aussi ce faire avoir en marchant à la carotte !

    Dans le terme âne ne voyez aucun sens péjoratif,
    l'âne est en parti un noble animal et je suis fier d'être têtu comme une bourrique, là est toute la qualité de l'âne !

    Apprenez à lire vous même, la lecture tout un art !

    Vous me faites là de la psychologie de bas étage, à partir de mes commentaires mêlant: absurde, cocasseries, véracités, et amusette.

    Vous être un Yahoo voulant faire le savant !

    Ou alors vous faites, pareillement à moi, commenter ce blog pour le meubler et vous détendre, usant d'intelligence et de décontraction de votre intelligence !

    Ou encore c'est que vous voulez me tendre des perches.

    Bon cela dit je vais devoir cesser là car je ne m'amuse plus, trop c'est trop ! trop d'amusette tue la musette, je pense avoir fait le tour de ce blog.

    Je ne suis pas folle, je suis fou !

    Moi être masculin !

    Allez bonnes absurdités à tous les amis soyez sages et fou à la fois !

    Mais en fait tout ça n'est au fond que de la spéculation (ce que je viens de dire sur vous)

    Quand vous aurez terminé de penser qu'il n'y a qu'une seule et unique façon de casser les oeufs, vous aurez alors fait un grand pas dans la sagesse l'Intelligence et l'ouverture d'esprit.

    Nul homme n'a assez de mémoire pour être menteur parfait et tromper sans être démasqué !

    (L'Homme, l'humain en général et en particulier)


    Allez bonnes nuits et bon jours et dans vos vies pensez amour !

    Je ne répondrais plus vous pouvez dans un dernier élan pour tenter de sauver les apparences feindre d'avoir le dernier mot je vous fait confiance !

    RépondreSupprimer
  12. et comme dirait le canard au revoir !

    RépondreSupprimer
  13. se faire avoir

    t'inquiète donc pas madame je sais écrire !

    il y a certainement d'autres fautes d'inattentions choses mais c'est ce qui me saute au yeux !

    RépondreSupprimer
  14. la lecture tout un art...


    Réponse à un acte d'accusation

    Réponse à un acte d'accusation

    Donc, c'est moi qui suis l'ogre et le bouc émissaire. Dans ce chaos du siècle où votre coeur se serre, J'ai foulé le bon goût et l'ancien vers françois Sous mes pieds, et, hideux, j'ai dit à l'ombre: "Sois!" Et l'ombre fut. - Voilà votre réquisitoire. Langue, tragédie, art, dogmes, conservatoire, Toute cette clarté s'est éteinte, et je suis Le responsable, et j'ai vidé l'urne des nuits. De la chute de tout je suis la pioche inepte; C'est votre point de vue. Eh bien, soit, je l'accepte; C'est moi que votre prose en colère a choisi; Vous me criez: Racca; moi, je vous dis: Merci! Cette marche du temps, qui ne sort d'une église Que pour entrer dans l'autre, et qui se civilise; Ces grandes questions d'art et de liberté, Voyons-les, j'y consens, par le moindre côté, Et par le petit bout de la lorgnette. En somme, J'en conviens, oui, je suis cet abominable homme; Et, quoique, en vérité, je pense avoir commis D'autres crimes encor que vous avez omis, Avoir un peu touché les questions obscures, Avoir sondé les maux, avoir cherché les cures, De la vieille ânerie insulté les vieux bâts, Secoué le passé du haut jusques en bas, Et saccagé le fond tout autant que la forme, Je me borne à ceci: je suis ce monstre énorme Je suis le démagogue horrible et débordé, Et le dévastateur du vieil A B C D; Causons. Quand je sortis du collège, du thème, Des vers latins, farouche, espèce d'enfant blême Et grave, au front penchant, aux membres appauvris; Quand, tâchant de comprendre et de juger, j'ouvris Les yeux sur la nature et sur l'art, l'idiome, Peuple et noblesse, était l'image du royaume; La poésie était la monarchie; un mot Etait un duc et pair, ou n'était qu'un grimaud; Les syllabes, pas plus que Paris et que Londres, Ne se mêlaient; ainsi marchent sans se confondre Piétons et cavaliers traversant le pont Neuf; La langue était l'Etat avant quatre-vingt-neuf; Les mots, bien ou mal nés, vivaient parqués en castes; Les uns, nobles, hantant les Phèdres, les Jocastes, Les Méropes, ayant le décorum pour loi, Et montant à Versaille aux carrosses du roi; Les autres, tas de gueux, drôles patibulaires, Habitant les patois; quelques-uns aux galères Dans l'argot; dévoués à tous le genres bas, Déchirés en haillons dans les halles; sans bas, Sans perruque; créés pour la prose et la farce; Populace du style au fond de l'ombre éparse; Vilains, rustres, croquants, que Vaugelas leur chef Dans le bagne Lexique avait marqués d'une F; N'exprimant que la vie abjecte et familière, Vils, dégradés, flétris, bourgeois, bons pour Molière. Racine regardait ces marauds de travers; Si Corneille en trouvait un blotti dans son vers, Il le gardait, trop grand pour dire: Qu'il s'en aille; Et Voltaire criait: Corneille s'encanaille Le bonhomme Corneille, humble, se tenait coi. Alors, brigand, je vins; je m'écriai: Pourquoi Ceux-ci toujours devant, ceux-là toujours derrière? Et sur l'Académie, aïeule et douairière, Cachant sous ses jupons les tropes effarés, Et sur les bataillons d'alexandrins carrés, Je fis souffler un vent révolutionnaire. Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire.

    RépondreSupprimer
  15. Plus de mot sénateur! plus de mot roturier! Je fis une tempête au fond de l'encrier, Et je mêlai, parmi les ombres débordées, Au peuple noir des mots l'essaim blanc des idées; Et je dis: Pas de mot où l'idée au vol pur Ne puisse se poser, tout humide d'azur! Discours affreux! - Syllepse, hypallage, litote, Frémirent; je montai sur la borne Aristote, Et déclarai les mots égaux, libres, majeurs. Tous les envahisseurs et tous les ravageurs, Tous ces tigres, le Huns, les Scythes et les Daces, N'étaient que des toutous auprès de mes audaces; Je bondis hors du cercle et brisai le compas. Je nommai le cochon par son nom; pourquoi pas? Guichardin a nommé le Borgia! Tacite Le Vitellius! Fauve, implacable explicite, J'ôtai du cou du chien stupéfait son collier D'épithètes; dans l'herbe, à l'ombre du hallier, Je fis fraterniser la vache et la génisse, L'une étant Margoton et l'autre Bérénice. Alors, l'ode, embrassant Rabelais, s'enivra; Sur le sommet du Pinde on dansait Ça ira; Les neuf muses, seins nus, chantaient la Carmagnole; L'emphase frissonna dans sa fraise espagnole; Jean, l'ânier, épousa la bergère Myrtil. On entendit un roi dire: "Quelle heure est-il?" Je massacrai l'albâtre, et la neige, et l'ivoire, Je retirai le jais de la prunelle noire, Et j'osai dire au bras: Sois blanc, tout simplement. Je violai du vers le cadavre fumant; J'y fis entrer le chiffre; ô terreur! Mithridate Du siège de Cyzique eût pu citer la date. Jours d'effroi! les Laïs devinrent des catins. Force mots, par Restaut peignés tous les matins, Et de Louis-Quatorze ayant gardé l'allure, Portaient encor perruque; à cette chevelure La Révolution, du haut de son beffroi, Cria: "Transforme! c'est l'heure. Remplis-toi De l'âme de ces mots que tu tiens prisonnière!" Et la perruque alors rugit, et fut crinière. Liberté! c'est ainsi qu'en nos rébellions, Avec des épagneuls nous fîmes des lions, Et que, sous l'ouragan maudit que nous soufflâmes, Toutes sortes de mots se couvrirent de flammes. J'affichai sur Lhomond des proclamations. On y lisait: "Il faut que nous en finissions! Au panier les Bouhours, les Batteux, les Brossettes! A la pensée humaine ils ont mis les poucettes. Aux armes, prose et vers! formez vos bataillons! Voyez où l'on en est: la strophe a des bâillons! L'ode a les fers aux pieds, le drame est en cellule. Sur la Racine mort le Campistron pullule!" Boileau grinça des dents; je lui dis: Ci-devant, Silence! et je criai dans la foudre et le vent: Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe! Et tout quatre-vingt-treize éclata. Sur leur axe, On vit trembler l'athos, l'ithos et le pathos. Les matassins, lâchant Pourceaugnac et Cathos, Poursuivant Dumarsais dans leur hideux bastringue, Des ondes du Permesse emplirent leur seringue. La syllabe, enjambant la loi qui la tria, Le substantif manant, le verbe paria, Accoururent. On but l'horreur jusqu'à la lie. On les vit déterrer le songe d'Athalie; Ils jetèrent au vent le cendres du récit De Théramène; et l'astre Institut s'obscurcit.

    RépondreSupprimer
  16. Croyez, Aimez, vivez! - J'ai mis tout en branle, et, morose, J'ai jeté le vers noble aux chiens noirs de la prose. Et, ce que je faisais, d'autres l'ont fait aussi; Mieux que moi. Calliope, Euterpe au ton transi, Polymnie, ont perdu leur gravité postiche. Nous faisons basculer la balance hémistiche. C'est vrai, maudissez-nous. Le vers, qui, sur son front Jadis portait toujours douze plumes en rond, Et sans cesse sautait sur la double raquette Qu'on nomme prosodie et qu'on nomme étiquette, Rompt désormais la règle et trompe le ciseau, Et s'échappe, volant qui se change en oiseau, De la cage césure, et fuit vers la ravine, Et vole dans les cieux, alouette divine. Tous les mots à présent planent dans la clarté. Les écrivains ont mis la langue en liberté. Et, grâce à ces bandits, grâce à ces terroristes, Le vrai, chassant l'essaim des pédagogues tristes, L'imagination, tapageuse aux cent voix, Qui casse des carreaux dans l'esprit des bourgeois; La poésie au front triple, qui rit, soupire Et chante; raille et croit; que Plaute et que Shakspeare Semaient, l'un sur la plebs, et l'autre sur le mob; Qui verse aux nations la sagesse de Job Et la raison d'Horace à travers sa démence; Qu'enivre de l'azur la frénésie immense, Et qui, folle sacrée aux regards éclatants, Monte à l'éternité par les degrés du temps, La muse reparaît, nous reprend, nous ramène, Se remet à pleurer sur la misère humaine, Frappe et console, va du zénith au nadir, Et fait sur tous les fronts reluire et resplendir Son vol, tourbillon, lyre, ouragan d'étincelles, Et ses millions d'yeux sur ses millions d'ailes. Le mouvement complète ainsi son action. Grâce à toi, progrès saint, la Révolution Vibre aujourd'hui dans l'air, dans la voix, dans le livre; Dans le mot palpitant le lecteur la sent vivre; Elle crie, elle chante, elle enseigne, elle rit. Sa langue est déliée ainsi que son esprit. Elle est dans le roman, parlant tout bas aux femmes. Elle ouvre maintenant deux yeux où sont deux flammes, L'un sur le citoyen, l'autre sur le penseur. Elle prend par la main la Liberté, sa soeur, Et la fait dans tout homme entrer par tous les pores. Les préjugés, formés, comme les madrépores, Du sombre entassement des abus sous les temps, Se dissolvent au choc de tous les mots flottants, Pleins de sa volonté, de son but, de son âme. Elle est la prose, elle est vers, elle est le drame; Elle est l'expression, elle est le sentiment, Lanterne dans la rue, étoile au firmament. Elle entre aux profondeurs du langage insondable; Elle souffle dans l'art, porte-voix formidable; Et, c'est Dieu qui le veut, après avoir rempli De ses fiertés le peuple, effacé le vieux pli Des fronts, et relevé la foule dégradée, Et s'être faite droit, elle se fait idée !

    Victor HUGO

    RépondreSupprimer
  17. Oui, de l'ancien régime ils ont fait tables rases, Et j'ai battu des mains, buveur du sang des phrases, Quand j'ai vu par la strophe écumante et disant Les choses dans un style énorme et rugissant, L'Art poétique pris au collet dans la rue, Et quand j'ai vu, parmi la foule qui se rue, Pendre, par tous les mots que le bon goût proscrit, La lettre aristocrate à la lanterne esprit. Oui, je suis ce Danton! je suis ce Robespierre! J'ai, contre le mot noble à la longue rapière, Insurgé le vocable ignoble, son valet, Et j'ai, sur Dangeau mort, égorgé Richelet. Oui, c'est vrai, ce sont là quelques-uns de mes crimes. J'ai pris et démoli la bastille des rimes. J'ai fait plus: j'ai brisé tous les carcans de fer Qui liaient le mot peuple, et tiré de l'enfer Tous les vieux mots damnés, légions sépulcrales; J'ai de la périphrase écrasé les spirales, Et mêlé, confondu, nivelé sous le ciel L'alphabet, sombre tour qui naquit de Babel; Et je n'ignorais pas que la main courroucée Qui délivre le mot, délivre la pensée. L'unité, des efforts de l'homme est l'attribut. Tout est la même flèche et frappe au même but. Donc, j'en conviens, voilà, déduits en style honnête, Plusieurs de mes forfaits, et j'apporte ma tête. Vous devez être vieux, par conséquent, papa, Pour la dixième fois j'en fais meâ culpâ. Oui, si Beauzée est dieu, c'est vrai, je suis athée. La langue était en ordre, auguste, époussetée, Fleurs-de-lis d'or, Tristan et Boileau, plafond bleu, Les quarante fauteuils et le trône au milieu; Je l'ai troublée, et j'ai, dans ce salon illustre, Même un peu cassé tout; le mot propre, ce rustre, N'était que caporal: je l'ai fait colonel; J'ai fait un jacobin du pronom personnel, Du participe, esclave à la tête blanchie, Une hyène, et du verbe une hydre d'anarchie. Vous tenez le reum confitentem. Tonnez! J'ai dit à la narine: Eh mais! tu n'es qu'un nez! J'ai dit au long fruit d'or: Mais tu n'es qu'une poire! J'ai dit à Vaugelas: Tu n'es qu'une mâchoire! J'ai dit aux mots: Soyez république! soyez La fourmilière immense, et travaillez!

    RépondreSupprimer
  18. Apprenez à lire et le fond avant tout !

    Tirez leçons de vos lectures madame et ne dite pas c'est du génie parce que c'est Hugo et que l'on vous la dit que c'était de la grande littérature entre faire semblant de comprendre parce que l'on a rien compris et avoir compris il y a une sacrée différence !

    La lecture tout un art !

    RépondreSupprimer
  19. A l'usurpatrice de phrases des autres, de pseudo des autres, de personnalités des autres, d'idées des autres. A la professionnelle du copier/coller des textes des autres.
    Bref, à celle qui n'a et qui n'est rien. Elle se reconnaîtra...

    Il est de saintes colères, mais la vôtre vous est néfaste...
    Je vous souhaite un prompt rétablissement cérébral. Profitez-en pour apprendre à lire, écrire et...rire. Brassens n'est pas la littérature. Pas plus qu'Hugo. Il est un passage conseillé mais il ne faut pas en abuser...
    Et ainsi, peut-être, vous accepterez-vous telle que vous êtes: pas méchante pour deux sous, mais sotte à l'extrême. Adorable quoi !

    Quant à moi, je doute avoir le temps d'apprendre à décrypter vôtre langue tinègre. Mes oisivetés me poussent vers des océans toujours plus lointain. Elle ne me ramènent jamais dans la cour des miracles...

    RépondreSupprimer
  20. Logique biologique5 juillet 2009 à 16:06

    "ce n'est pas votre problème, qu'ils se démerdent avec leur anus : si chacun s'occupait de son anus, il y aurait moins... euh... d'homosexuels ?? "


    Moins de sodomites aussi !

    RépondreSupprimer
  21. Sciences humaines6 juillet 2009 à 00:14

    "Moins de sodomites aussi !"

    Gratitude pour les sodomites.
    Ils sont les empêcheurs de tourner en rond...Sans eux, on en serait encore au stade de procréer comme des animaux.

    Lorsqu'on aborde un sujet aussi épineux, il vaut mieux en connaître ses tenants et ses aboutissants...
    Les remarques seront moins béotiennes. Surtout lorsqu'on se fait speudomiser "logique biologique"



    Ah ! la publicité religieuse, quelle force inconsciente, quelle présence invisible ! Quelle barrière à l'évolution logique de l'homme !

    RépondreSupprimer
  22. Canard déchaîné6 juillet 2009 à 03:08

    "et comme dirait le canard au revoir !"

    Vous partez en vacances mon canard ? Super, ça va nous en faire aussi ;-)

    RépondreSupprimer
  23. âne alpha bête6 juillet 2009 à 03:22

    "et un plaisir de lire des commentaires plus fous et rafoufous les uns que les autres".

    Hola, crime de lèse-majesté, j'ai oublié le RAFOU principal !! Je corrige (faute avouée est à demi-pardonnée j'espère Rafounet. Je viens de me lever et je n'ai pas encore pris la douche qui rafraîchit les idées de la nuit) :

    et un plaisir de lire les textes essentiels de Rafou et les commentaires plus fous et rafoufous les uns que les autres s'y rapportant (plus ou moins).

    RépondreSupprimer
  24. Pipi caca boudin

    C'est toujours un réel plaisir de vous lire... Mais !!! Hé oui ! y'a toujours un mais.

    "qui a qualifié le premier vos textes essentiels "Textounets" et qui vous surnomme la plupart du temps Rafou. Celui-là fait quelques fautes d'étourderie mais pas trop et la ponctuation est juste. Cette personne aime rire et faire l'amour, vous taquiner, et n'aime pas la France Freudienne, plutôt la France rabelaisienne,"

    Jusque là, tout est juste. Le reste appartient à l'adoratrice de Rafou et de ses textounets. Vous savez, la piètre imitatrice (ou comédienne de dixième zone) des célébrités de ce blog. Sitôt qu'on griffe les biens de Rafou, nous avons droit à sa morsure édentée.
    Bah ! Faut pas lui en vouloir. Un jour elle trouvera qui elle est, s'assumera, et n'aura plus besoin de se grimer en autres pour écrire.
    ( Si vous me lisez Esprit, je veux dire par-là que vous trouverez votre propre style)

    "au sujet de la pertinence et de la culture. Je ne sais plus si c'est sur cette page ou une autre, j'ai la flemme de chercher."
    Dommage!
    Je vais peut-être m'y remettre sérieusement (Quel horreur ce mot !) puisque je considère qu'amalgamer (ou fondre...) ces deux notions est une des cause de l'aveuglement, donc égarement de l'homme. Je me souviens même y être venu à deux reprises sur ce blog. Mais n'ayant pas eu de répondant, j'ai laissé tomber. J'ai pas encore atteint l'âge de me parler seul...

    "- Moi, une vraie Madame, dont quelques écrits drôles et pertinents figurent désormais en bonne place du forum littéraire de Yahoo,"
    C'est bon de se la péter parfois, vrai Judas...

    "Dans la vie, faut pas s'en faire" etc

    RépondreSupprimer
  25. Foi gras d'oie6 juillet 2009 à 04:35

    " Super, ça va nous en faire aussi ;-)"

    Vous êtes plusieurs Canard déchaîné... ?

    RépondreSupprimer
  26. "Et lorsque la converse s'éternise, on constate fréquemment qu'elle s'achève dans une mare d'insultes. C'est pas mon truc !"

    Les insultes qui se veulent humiliantes ne font pas grandir celui qui les prononce ; dire de vilains mots à la place de bons mots est déjà un non-respect de sa propre personne, c'est sa propre merde qu'on évacue par la bouche, en quelque sorte, au lieu de l'évacuer par les voies conçues pour ça. Quand on ne se respecte pas soi-même et qu'on prend sa bouche pour un trou du cul sans fesses, on ne peut pas respecter les autres. Mais répondre aux insultes, c'est essuyer la merde de l'autre. Il faut mieux le laisser dans sa merde, à moins d'être scato.

    Je n'aime d'ailleurs pas le tutoiement entre gens qui ne se connaissent que virtuellement, car celui induit une proximité qui n'existe réellement pas, et cela est propice aux familiarités, et amène plus facilement aux insultes.

    RépondreSupprimer
  27. C'est Gala !6 juillet 2009 à 04:54

    "- Moi, une vraie Madame, dont quelques écrits drôles et pertinents figurent désormais en bonne place du forum littéraire de Yahoo,"
    C'est bon de se la péter parfois, vrai Judas... "


    C'est tout bénéf' : ça fait du mal à personne, que du bien à moi, et si je trahis quelqu'un, ce n'est que moi ! pas besoin de porter une Rolex pour se la péter ni de trahir Jésus et les siens pour réussir dans la vie.

    RépondreSupprimer
  28. "Je vais peut-être m'y remettre sérieusement (...). Mais n'ayant pas eu de répondant, j'ai laissé tomber. J'ai pas encore atteint l'âge de me parler seul..."

    On va s'y remettre, on va s'y remettre... pas tout de suite, j'ai une petite siestounette à faire avant d'aller bosser, mais incessamment sous peu...

    RépondreSupprimer
  29. Papier Lotus (et louche cousue)6 juillet 2009 à 05:08

    En plus on va être peinards pour la converse, Canard vécé est parti barboter à Sainte Rots-Pets !

    RépondreSupprimer
  30. Vous remarquerez qu'aujourd'hui j'adapte mon vocabulaire à mon métier : c'est pour qu'on me croit, que c'est bien mon domaine professionnel et que je m'y connais en la matière, en les matières je dirais même plus. C'est pas "le goût des autres", c'est l'égout des autres, voire le dégoût des autres.

    Mais de toutes les matières
    C'est la ouate que j'préfère...

    RépondreSupprimer
  31. C'est l'heure de ma séance !
    (de ma séance de sieste, je n'ai plus de psychiatre, il est parti en vacances avec le Saint Esprit...)

    RépondreSupprimer
  32. "Vous êtes plusieurs Canard déchaîné... ?"

    Faut croire... Un canard déchaîné vaut plusieurs canards, c'est à retenir. Il faudra s'y mettre à plusieurs pour le maîtriser

    RépondreSupprimer
  33. Taisez-vous tous !
    Envoyé sur quelque liste de discussion inepte à l'attention de ses membres :

    Cessez ces vains discours sans nul intérêt ! Vous ne parlez que d'affaires ménagères, et vous vous échangez à n'en plus finir des lieux communs... Autrement dit vous tuez le temps. Mais au lieu de le tuer en taillant un bout de bois ou en jouant aux cartes, vous faites ça avec un clavier d'ordinateur entre les mains... Vous ne savez pas vous servir de ces choses merveilleuses que sont l'ordinateur et Internet. Vous ne savez pas, et vous gaspillez votre temps, votre argent et appauvrissez votre esprit à papoter entre vous de tout et de rien, mais surtout de rien, de rien du tout. Sans esprit, ni grammaire, ni orthographe, étalant sans pudeur vos lacunes.

    Vous penserez que je suis un fat, un prétentieux, mais ne suis-je pas dans la vérité en disant que vos oeuvres quotidiennes sur Internet sont dérisoires, insignifiantes ? Ce que vous vous dites s'envole, passe, retourne en poussière. Vous êtes producteurs de fumée. Tout ce que vous vous échangez, vous l'oubliez dans l'heure, la minute, la seconde. Au lieu de penser, réfléchir, comprendre, chercher, vous instruire, enseigner, connaître, apprendre, vous ne faites que palabrer, vous divertir sottement, juger sans jugement. Je vous vois passer, revenir, repasser sur la liste, et cela n'a ni queue ni tête. Et puis vous picorez ici et là, vous vous envolez soudainement pour réapparaître un peu plus tard, un peu plus loin sur la liste, si lourds avec vos cervelles de moineaux, sautillant d'un sujet à un autre sans complexe, sans état d'âme, mais avec beaucoup d'insouciance, d'incompétence et de légèreté.

    Vous êtes pesants et légers, vous parlez beaucoup sans rien connaître -ou si peu- , vous vous agitez les neurones sans fruit, vous allez, venez, vous vous dispersez. Vous êtes des enfants. L'immaturité chez vous est souveraine. Et lorsque j'arrive, vous me crucifiez. En vérité je vous le dis, vous n'êtes pas les amis de l'art. Vous n'êtes pas mes amis. Vous êtes du vent sur Internet. Vous croyez vous servir d'Internet. C'est Internet qui se sert de vous : vous lui devez de l'argent chaque mois. Vous êtes aveugles. Vous êtes des pions. Il n'y a qu'un roi, qu'un prince, qu'un chevalier ici. Et ce roi, ce prince, ce chevalier, c'est MOI.

    Et MOI seul.

    RépondreSupprimer
  34. A mes "amis" des listes sur internet,


    Chers co-lisiers,

    Lorsque je lis vos messages, je m'interroge sur l'intérêt du NET. A l'évidence le peuple ne sait pas user de cet outil ludique de communication. Il ne fait que transposer sur un mode informatisé l'ineptie de sa condition. Vous vous parlez en vain, vous vous envoyez des gentillesses, des banalités, des petits riens et des grands vides : vous n'avez vraiment rien à vous dire. Vous me faites songer à des tous petits enfants à qui l'on aurait offert des pièces d'or et qui ne sauraient pas s'en servir et dilapideraient ces jolies choses jaunes en s'en servant comme le ferait le Petit Poucet avec sa mie de pain. Vous semez inutilement des mots en l'air.

    Vous avez de l'or entre les doigts, et vous le gaspillez sans le savoir mes pauvres amis... Vous n'avez rien à vous communiquer, sinon des considérations météorologiques ou ménagères. Vous manquez irrémédiablement d'esprit, de coeur, de finesse et d'envergure. Vous êtes une pitoyable assemblée de "caqueteurs", de dindons, de chèvres, de veaux meuglant et de roquets aboyeurs. Et le NET n'est qu'une immense basse-cour qui abrite vos ébats sans lendemain, vos coups sans éclat, vos séniles petitesses.

    Vos "Hi-Han !" d'humbles équidés, vos caquètements de stupides volatiles m'affligent vraiment : je ne puis pas même compter sur vos placides réactions de ruminants et d'écervelés pour entreprendre un digne combat avec vous. Ha ! Combien il me plairait de me mesurer avec un adversaire de ma trempe ! Le beau duel en perspective ! Mais non, vous faites les ânes, et je ne puis ici, en guise d'épée virtuose et vengeresse qui servirait la cause impérieuse de l'art, que vous menacer du bâton pour vous faire taire, ou bien vous appâter avec la carotte de la plus lisse amabilité pour vous mieux amadouer quand je le veux... Mon épée, je préfère la garder pour chercher querelle à des D’Artagnan de mon espèce.

    RépondreSupprimer
  35. Le plus beau des feux commence toujours par des brindilles.


    N'entre pas dans mon âme avec tes chaussures.

    RépondreSupprimer
  36. Commentatueur

    Je me suis beaucoup amusé à vous lire.

    Vous savez longuement caquetez sur Internet ! Et vous avez dû ruminer longtemps pour savoir braire autant. Le cocorico enroué de votre clavier n'est pas enrayé suite à cette abondance de hi han ?
    Mais ce que vous avez écrit "va s'envoler, passer, retourner en poussière" Vôtre production n'est que fumée nicotinée.

    C'est sympa à vous de qualifier nos cancanages (et le vôtre de ce fait...) d' oeuvres quotidiennes.
    Vous auriez pu user de "chef d'oeuvre quotidien" pendant que vous y étiez ! Personne ne vous en aurait tenu rigueur. Nous sommes très tolérants.

    "Je vous vois passer, revenir, repasser sur la liste, et cela n'a ni queue ni tête. Et puis vous picorez ici et là, vous vous envolez soudainement pour réapparaître un peu plus tard, un peu plus loin sur la liste, si lourds avec vos cervelles de moineaux, sautillant d'un sujet à un autre sans complexe, sans état d'âme, mais avec beaucoup d'insouciance, d'incompétence et de légèreté."

    Ben dites donc ! vous disposez d'autant de temps que ça à perdre ? C'est effrayant comme oisiveté ! Comme vous devez vous ennuyez...Vous n'avez pas une princesse à chérir ? Voire, plusieurs...Ou des gueuses à gâter ? Si non, ne serait-il pas plutôt préférable que vous tuiez votre temps à "penser, réfléchir, comprendre, chercher, vous instruire, enseigner, connaître, apprendre," plutôt que palabrer dans et pour le néant ?

    "Vous n'êtes pas mes amis"

    N'est pas mon ami qui veut ! Si vous désirez devenir mon ami, il vous faudra passer par mes exigences. L'agenouillement est de rigueur en ma présence. Ensuite, en gage de votre soumission totale, il vous faudra lessiver puis cirer les parquets de ma demeure. Puis ceux de mes écuries. Et enfin ceux de mon valet. Lorsque vous me reviendrez crotté, puant la sueur, peut-être daignerai-je poser mon regard sur vous. Faut-il encore que mes lévriers afghans vous laissent m'approcher. Mes chiens ne tolèrent pas les seigneurs en guenilles. Ou ceux de pacotille. J'ai beau leur dire d'être sociables, ils me ramènent toujours des mollets comme trophées. Quand ce n'est pas une autre partie du corps de l'humain. On se demande parfois qui les a dressé...

    Un dernier point
    Je ne paie pas Internet. Pas folle la guêpe...

    RépondreSupprimer
  37. Merci commentatueuse, vous êtes l'ampoule grillé de ce monde sans lumière !


    Je n'aime guère les vacances, c'est une chose pour les pauvres, les vacances c'est ennuyeux !

    RépondreSupprimer
  38. Intermittente-miteuse du Net6 juillet 2009 à 16:01

    "Vous êtes du vent sur Internet. Vous croyez vous servir d'Internet. C'est Internet qui se sert de vous"
    "Lorsque je lis vos messages, je m'interroge sur l'intérêt du NET. A l'évidence le peuple ne sait pas user de cet outil ludique de communication."


    Peut-être que ce n'est pas non plus notre but dans la vie de remplir les pages de Google avec 16 500 résultats de blogs de textounets et de vidéos parlant de textounets et peut-être avons-nous autre chose à faire de nos nuits et de nos journées que de les passer à apprivoiser l'engin ? C'est évident qu'on ne peut pas aussi bien maîtriser Internet quand on s'en sert 2h ou 3h par jour que quand on s'en sert 24h sur 24...

    RépondreSupprimer
  39. "et je ne puis ici (...) que vous menacer du bâton pour vous faire taire, ou bien vous appâter avec la carotte de la plus lisse amabilité pour vous mieux amadouer quand je le veux..."

    Oh oui Maître, frappe-moi avec ton gros bâton pour me faire taire et amadoue-moi quand tu veux avec ta belle carotte.

    (des promesses, toujours des promesses...)

    RépondreSupprimer
  40. "Vous penserez que je suis un fat, un prétentieux, mais ne suis-je pas dans la vérité en disant que vos oeuvres quotidiennes sur Internet sont dérisoires, insignifiantes ?"

    Tout à fait en ce qui me concerne. Je doute que mes commentaires traversent le temps et qu'on les lise dans quelques siècles comme Victor Hugo. Je ne me fais aucune illusion à ce sujet !! Mais je doute que les vôtres aussi. Soyez fat et prétentieux si tel est votre caractère, mais il n'y a pas lieu de l'être au sujet de vos écrits, courts dans l'espace ils seront aussi courts dans le temps. Le Net est rempli de commentaires de mon acabit dérisoire et de votre acabit illusoire.

    RépondreSupprimer
  41. "Mon épée, je préfère la garder pour chercher querelle à des D’Artagnan de mon espèce."

    ça m'étonnerait que vous trouviez un partenaire, vous vous êtes attribué le monopole : "Il n'y a qu'un roi, qu'un prince, qu'un chevalier ici. Et ce roi, ce prince, ce chevalier, c'est MOI.
    Et MOI seul."

    Quand vous aurez ouvert à la concurrence, vous pourrez en reparler. Pas avec moi, je ne suis pas à la hauteur de votre grandeur autoproclamée, Sire (mes Pompes).

    RépondreSupprimer
  42. "Mais répondre aux insultes, c'est essuyer la merde de l'autre. "

    Généralement, oui.
    Mais il existe des circonstances ou décider de répondre à des insultes s'avère très jouissif. Je me souviens de mon amusement, une fois, à répondre à des insultes. L'intérimaire insulteur usa d'expressions vulgaires à mon encontre. Très vulgaires ! Dans son for intérieur, probablement pensait-il que je le rejoindrai sans la fiente ou que je choirai de mon piédestal. Ou encore, que je déserterai le ring.
    C'était une manière comme une autre d'engager une rencontre. De faire connaissance.

    Plus l'insultant est faubourien plus le répondant doit se munir de flèches au curare...
    Quand le "cul-terreux" affronte le "lit-terreux", la nitroglycérine prend les couleurs d'un féerique feu d'artifice.Notamment, lorsqu'en plus le vouvoiement reste de rigueur d'un côté, mais pas de l'autre.
    Faut-il avoir la folie du jeu, la passion des mots, et être insensibilisé à tous pour s'adonner à ce style de joute verbale.


    Je n'ai pas peur des mots ou expressions vulgaires. J'ai même de la tendresse pour ces enfants maltraités.

    Pour exemple:
    L'on trouve dans notre trop riche langue française "sodomiser" et "enculer"
    Pourquoi "enculer" naît bâtard et "sodomiser" riche héritier ? Ne serait-il pas plus simple d' exterminer le dit impur pour ne conserver que l'autre ?
    En admettant qu'un jour la décision d'épurer se prenne (on peut toujours rêver...) on entendrait dans les cours de récréation, dès l'école primaire:
    " Sodomisé ! rends-moi mes billes"
    C'est tout de même plus poétique non ? Tous les gamins seraient égaux face au langage qu'ont créé... les réducteurs de têtes...

    Trouducu

    RépondreSupprimer
  43. Jugement dernier6 juillet 2009 à 23:43

    Rafou

    "Et lorsque j'arrive, vous me crucifiez."

    C'est vous qui cherchez la crucifixion Tonsaigneur lorsque vous écrivez ce style de phrase dans vos textounets. (je n'en relève que 2 mais tous vos textounets s'en parent)

    "Homère a été remplacé par des saucisses"

    "Ou pour être plus exact, la lumière retournant à la lumière."

    Honnêtement, Tonsaigneur la littérature, même Esprit serait capable s'écrire ainsi...

    RépondreSupprimer
  44. Au lieu de dire "Allez vous vous faire sodomiser chez les Grecs", on peut dire "Allez vous faire sodomiser par Demis Roussos". ça impressionne plus.

    RépondreSupprimer
  45. "Homère a été remplacé par des saucisses"

    C'est parce qu'il est mort tôt, alors ils ont pris des saucisses de mort tôt.


    "Ou pour être plus exact, la lumière retournant à la lumière."

    Estimons-nous heureux : tant que la lumière ne sera pas remplacée par du chorizo, on y verra encore clair.

    RépondreSupprimer
  46. Sots si s'ont7 juillet 2009 à 00:40

    Bonjour La mère Guèze.

    Mon cervelas, de teinte rosette, accompagné de sa cervelle de canut vous remercient pour ces explikations.
    Si Homère était bloggiste, nul doute qu'il serait flatté d'être associé, par extention et par Ratoufou, à Jésus de Lyon.

    RépondreSupprimer
  47. "Je n'aime guère les vacances, c'est une chose pour les pauvres, les vacances c'est ennuyeux !"

    Des vacances, j'en ai fait ma vocation.Ce que je déteste en revanche, ce sont les périodes estivales. Les travailleurs envahissent mon périmètre de sécurité. Me polluent mon oxy-gène. On ne devrait jamais accorder de congés aux laborieux. Ces gens-là ne sont pas fait pour rester inactifs. Ils s'empâtent, rient fort. Se chaussent de tongs.Parfois même, avec chaussettes.
    Ils sont la plaie ouverte des oisifs. Souvent je leur dis: "ne prononcez pas le mot "travail" devant moi et tout ce qui s'y rapporte. Ça me fait débronzer" Ils pensent toujours que je plaisante...
    Les laborieux sont des xénophobes. Non seulement, ils vous éreintent de reproches, mais ils vous considèrent comme un paria. Ils cherchent toujours à vous donner une tâche dégradante car ils pensent (oui, ces gens-là sont dé-penseurs) que vous vous ennuyez à lézarder.
    Pourtant je vois dans leur yeux et entends dans le son de leur voix, le désir fou de me voler mon poste. Les pôvres ! ils n'en ont pas les aptitudes.
    Pour assumer cette vocation qu'est l'oisiveté, il faut une volonté, une force aussi puissante que le restant de la colère de Dieu et tous ses apôtres réunis.

    Nous sommes en période estivale et c'est la raison pour laquelle, je me suis éteinte (et non grillée...)
    "vous êtes l'ampoule grillé de ce monde sans lumière !"
    C'est la seule période de l'année, ou je refuse de faire tâche dans le décors...

    RépondreSupprimer
  48. Combat sans gland ni queue ni tête7 juillet 2009 à 09:10

    "Au lieu de penser, réfléchir, comprendre, chercher, vous instruire, enseigner, connaître, apprendre, vous ne faites que palabrer, vous divertir sottement, juger sans jugement. Je vous vois passer, revenir, repasser sur la liste, et cela n'a ni queue ni tête."

    Mais que voulez-vous apprendre sur ce blog ? Que la publicité est néfaste ? on le sait. Que Michael Jackson est mort ? on le sait. Que c'est l'été et la période estivale ? on le sait. A part les copiés/collés des classiques de la littérature et de la chanson française, rien n'est fait pour nous instruire ici.
    On va donc s'instruire ailleurs, et on vient se divertir ici pour se reposer la tête, et la queue, Alouette je te plumerai !

    La particule sauve de tout, Chers de Izarriens et de Izarriennes ! mais elle ne sauve pas des commentateurs de Ratoufou qui servaient zarrien.

    Moi aussi j'ai une particule, c'est le Bi : je suis une Bi-zarienne.

    Ce soir combat de catch entre les gentils purs Izarriens accumulateurs de particules et les méchants pervertis bi-Zarriens, pourfendeurs de particules.

    RépondreSupprimer
  49. Adoucissant textile7 juillet 2009 à 09:57

    Alouette Alouette

    Vous y allez tout de même un peu fort avec l'aimable hôte de ce blog !!!
    C'est en ce lieu hospitalier que j'ai appris la maladie de Farrah Fawcett et la mort de Michael Jackson...

    Vive Radio Rafounette, la radio des vérités féroces et éclats de l'esprit

    RépondreSupprimer
  50. Enfance dramatique7 juillet 2009 à 09:59

    "Au lieu de penser, réfléchir, comprendre, chercher, vous instruire, enseigner, connaître, apprendre,"

    Pour la petite histoire, j'ai le nom d'un auteur dramaturge célèbre, mon grand-père paternel avait aussi son prénom. Il en tirait un orgueil immense, mon père aussi, autant que Rafou avec sa particule de naissance. Ce qui fait que je me suis coltinée Le Cid, Horace et Cinna comme cadeaux de Noël dès que j'ai su lire, au lieu de jouets pour me divertir. J'ai donc de l'avance d'instruction sur vous, aussi je peux me permettre de gambader avec insouciance dans ce blog. Car j'ai fait mes devoirs de vacances bien avant l'heure... pendant que les autres jouaient au coloriage et faisaient des collages, moi je souffrais de rage, de désespoir et de vieillesse ennemie dès mon plus jeune âge. Je peux bien faire des coloriages maintenant ! je suis comme Mickael Jackson, on m'a volé mon enfance, je me rattrape.

    Et je peux vous dire que si Homère a été remplacé par des saucisses, Pierre Corneille a été remplacé par trois boudins (nous sommes trois filles)

    RépondreSupprimer
  51. Vous y allez tout de même un peu fort avec l'aimable hôte de ce blog !!!


    Je ne vois pas pourquoi je prendrai des glands, pardon des gants, vous avez vu comment il nous traite ??

    RépondreSupprimer
  52. Enfance heureuse7 juillet 2009 à 10:29

    "Ce qui fait que je me suis coltinée Le Cid, Horace et Cinna comme cadeaux de Noël dès que j'ai su lire,"

    Moi, l'Iliade et l'Odyssée d'Homère. Faut le faire !!!
    Mais je recevais quand même mes joujoux. Papa Freud n'est arrivé qu'à l'âge de l'adolescence.

    Si à ce jour je me prends souvent pour un dieu, et déteste la France freudienne, cherchez l'erreur...

    RépondreSupprimer
  53. Homère de Bordel (particule quand tu nous tiens)7 juillet 2009 à 10:44

    "Moi, l'Iliade et l'Odyssée d'Homère."

    C'est du lourd bagage intellectuel à traîner toute sa vie...

    ça me fait penser à un autre exemple, rapport à la poésie de "Sodomisé rends-moi mes billes". "Nique ton Homère" au lieu de "nique ta mère", c'est plus... homérique ! et "Ton Homère la pute", tellement plus olympien !

    RépondreSupprimer
  54. Allez tous vous faire particuler !7 juillet 2009 à 10:51

    "Particule quand tu nous tiens !"

    Lu et Approuvé par Zafou

    RépondreSupprimer
  55. Sans talon, sans peur et sans reproche7 juillet 2009 à 11:31

    "C'est du lourd bagage intellectuel à traîner toute sa vie..."
    Oui et non. Il suffit de l'accessoiriser de roulettes (auteurs "légers", BD, magasines. Tout ce qui tombe sous la main) et le bagage s'allège de lui-même. Il se terre dans l'inconscient enfantin. Mes parents étaient équilibrés. Ça joue beaucoup !
    La lecture de l'Iliade et l'Odyssée est indispensable pour qui veut devenir invincible dans la vie...

    Mais bon le choc cranien a tout de même été brutal lorsque j'ai appris que "Homère a été remplacé par des saucisses" en l'an de lourdeur 2009


    Le bloggiste non fataliste

    RépondreSupprimer
  56. Pénélope diététicienne7 juillet 2009 à 12:22

    "Homère a été remplacé par des saucisses" en l'an de lourdeur 2009

    Un bon plateau de fruits d'Homère aurait été moins gras qu'un plateau de charcuterie.

    RépondreSupprimer
  57. télé mac à zine7 juillet 2009 à 14:13

    Retourne donc tisser Pénélope !

    Poséidon n'aime pas qu'on touche à ses moules et ses crevettes !

    RépondreSupprimer
  58. Ulysse le Retour ???7 juillet 2009 à 15:23

    J'attends Ulysse en venant sur Internet, il faut vivre avec son temps. Il préfère que je vienne sur le blog de Rafou plutôt que sur Meetic, trop de prétendants. Il sait qu'il n'y a pas de danger avec Rafou qui a juré fidélité à sa particule à la vie à la mort et bien au-delà, pour le meilleur et pour le pire.
    Le clavier a remplacé le métier à tisser, mais quand Rafou efface les commentaires, je recommence sur une autre page, inlassablement.

    RépondreSupprimer
  59. Ulysse - U lisse7 juillet 2009 à 19:33

    Je reviens !

    Mais attend encore un peu !


    Pour le moment je suis en plein océan mais je peut lire tes commentaire par le biais de ma connexion satellite !

    en fait les belligérants peuvent me localiser au bouts de quelques heures, alors je dois couper toutes les 15 minutes.

    Je rentre une fois que j'ai crever l'oeil le cyclope big Brother !

    à bientôt chérie !

    Dites à de Izarra que Circé voudrait le transformé en cochon pour que les mangeurs de porcs le mange !

    RépondreSupprimer
  60. "Je ne vois pas pourquoi je prendrai des glands, pardon des gants, vous avez vu comment il nous traite ??"

    Meuh non !

    Tout dans le caquetage du paon Rafou atteste qu'il ne brait que pour lui. Il décrit sa morne vie. Dévoile ses démons. Afin de minimiser le mal qui le ronge, il utilise l'outil de projection; le "je" ou "moi" , il l'exhume en "vous". Son absorsion de pilule est moins amère.
    C'est de la compassion que nous devons éprouver lorsqu'il nous informe de la misérabilité de son existence quotidienne.

    Lorsque Zacouille se montre sincère avec son miroir, ose se mirer dans le noir de ses yeux ou le rouge de ses tripes,force est de constater que ces textounets sont joliment rédigés. Leur puissance poétique (si si ! on peut le dire) ne fait aucun doute. Le petit sait écrire...
    Contrairement aux textounets raccolage (fils pur de pub...) qu'il poste à la une de son journal bloguesque.

    Rafounet ne connaît qu'une seule chose dans la vie: LUI
    A chaque fois qu'il déborde, sort de se sujet, ses textounets sont misérables. Logique ! ils sont à l'image de sa vie...

    Charité pour Rafou ! Il a besoin de nous...Mais ne lui dites pas, il ferait celui qui ne vous croit pas...

    RépondreSupprimer
  61. Pénélope n'a jamais existé. Elle était le phantasme de "Touche pas à Homère". En revanche les sirènes, elles, sont bien réelles. Il connaissait que trop bien la cause de ses branlettes éjaculatives le bougre.

    Sacré bonhomme ce Homère quand même !!! Il devait en avoir un sacré paquet dans le froc. Et autant sur la conscience.
    De là à l'associer à une saussisse, c'est lui manquer de respect. Jésus aurait été plus adapté...

    RépondreSupprimer
  62. Je le sais
    Sa façon d'être à moi, parfois
    Vous déplait
    Autour d'elle et moi le silence se fait
    Mais elle est
    Ma particule à moi...

    Je le sais
    On ne me croit pas fidèle à
    Ce qu elle est
    Et déjà vous parlez d'elle à
    L'imparfait
    Mais elle est
    Ma particule à moi...

    RépondreSupprimer
  63. Vivement la fin !8 juillet 2009 à 00:25

    Qu'est-ce qu'on s'ennuie c'est pour quand la fin du monde ?

    7000000 triilliard d'années qu'on se meurent d'ennui !

    Alors quand est-ce que tout cette absurdité cesse ?

    RépondreSupprimer
  64. bien rafou clerc

    RépondreSupprimer
  65. Particule de Wikipédia8 juillet 2009 à 00:31

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Particule_(onomastique)

    RépondreSupprimer
  66. De Lolo pour Lulu8 juillet 2009 à 00:44

    Ulysse, vous avez un message dans votre boîte mail :

    Mon Lulu,
    T'es à l'île de Circé ? mais je croyais que tu devais aller à Ithaque ? c'est pas trop le chemin. T'as ouvert la gourde d'Eole où étaient enfermés tous les vents, ou quoi ??
    J'espère que tu ne vas pas rester un an sur l'île de Circé, parce que Rafou commence à en avoir marre de mes commentaires. Il dit que je ne sais pas me servir d'Internet et que j'aurais bien besoin d'une gourde d'Eole parce qu'il trouve que je brasse beaucoup d'air en t'attendant, mon chéri. Pour l'instant je m'incruste telle la moule au rocher, mais j'ai peur qu'il ne me supporte pas encore longtemps et que je sois obligée d'aller tisser ma toile sur le Web ailleurs que chez lui si ton odyssée s'éternise.

    PS : si les vents t'emménent chez les Lotophages, fais-moi un loto. Si on gagne, on se fait une croisière, mais tous les deux cette fois.

    RépondreSupprimer
  67. Prend garde à rafou ou il risque de te particuler

    RépondreSupprimer
  68. "Qu'est-ce qu'on s'ennuie c'est pour quand la fin du monde ? Alors quand est-ce que tout cette absurdité cesse ?"

    On a tous les chefs d'état névrosés et omnipotents qu'il faut pour faire sauter la planète, ça ne devrait pas tarder.

    RépondreSupprimer
  69. Pénélisse à Ulope8 juillet 2009 à 01:18

    "Prend garde à rafou ou il risque de te particuler"

    Pour l'instant il m'a juste menacé avec son bâton et a essayé de m'appâter avec ses carottes lisses, mais il n'est pas capable de bander -ton arc et d'envoyer une flèche traverser douze haches alignées, comme tu savais si bien le faire, mon Nu Lisse.

    RépondreSupprimer
  70. AVERTISSEMENT

    Avant d'aller faire caca je vais effacer les commentaires de cette page afin de préserver ses fluidité et clarté originelles.

    Qu'on se le dise !

    (Au passage je vous recommande d'ingérer les dragées GROCACA -vendues par mini dosettes de 145,87 kilogrammes en phramacites- en cas de constipation chronique)

    Raphaël Zacharie de IZARRA

    RépondreSupprimer
  71. Dame-pipi à homme-caca8 juillet 2009 à 01:31

    Je vais en profiter pour aller faire de même, j'ai une grosse diarrhée verbale ce matin.

    (comme vous allez effacer, je me lâche ici)

    RépondreSupprimer
  72. "je vais effacer les commentaires de cette page"

    Voyez, la fin du monde n'est pas loin...

    RépondreSupprimer